Chapelle Saint-Vincent © Chantal Burgard

Avec quatre monolithes de verre monochromes, conçus comme des sculptures, l’artiste Ann Veronica Janssens transforme l’intérieur de la chapelle Saint-Vincent de Grignan avec une lumière naturelle sans cesse mouvante. Œuvre inaugurée en mai 2013, elle a été l’objet d’une commande publique de la ville de Grignan et du Ministère de la Culture et de la Communication.

Auteures:
Ann Veronica Janssens
et Chantal Burgard

Une expérience poétique de la lumière

Dédiée aux cérémonies funéraires, la chapelle marque l’entrée du cimetière situé à l’ouest en contrebas de la ville. D’origine romane de la fin du XIIe ou du début du XIIIe siècle, avec un chevet pentagonal fruit d’un remaniement plus tardif, elle est inscrite à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques depuis 1926.

Chapelle dans le cimetière © Chantal Burgard
Côté sud à midi © Chantal Burgard

Entièrement construite en pierre calcaire, du sol à la toiture de lauzes, la chapelle témoigne d’une tradition romane de simplicité et de sérénité. Elle est composée d’une nef unique de trois travées, voûtée en berceau brisé avec doubleaux prolongés sur les piliers. Ses murs latéraux sont renforcés par des arcs en plein cintre. Une abside semi-circulaire voûtée en cul-de-four prolonge l’édifice. Deux étroites fenêtres et un oculus aux profondes embrasures éclairent la nef. Une petite fenêtre latérale éclaire le chœur légèrement surélevé et son autel.

Les épais monolithes de verre monochromes aux formes épurées s’inscrivent dans les quatre fenêtres. Par projection de la lumière, diffraction et fusion des couleurs, ils colorent délicatement les parois et la voûte, soulignent les embrasures et la modénature des piliers et doubleaux.

Dans sa note d’intention, Ann Veronica Janssens indique que « la proposition pour l’espace de la chapelle aborde la question de la sculpture et de la picturalité par des interventions minimales qui fusionnent au cœur d’un projet global […] Les quatre baies seront chacune incrustées par une lourde surface de verre massif et monochrome. La rosace sera en verre uni ou polychrome. Chaque plaque aura une nuance de couleur différente. Le choix du verre se porte sur un matériau nommé “anaglass” qui a comme propriété la phosphorescence et donne un éclat subtil à la couleur » (*).

Baie nord, 5 juin 2024 9h06 © Chantal Burgard
Baie sud, 5 juin 9h08 © Chantal Burgard

A l’extérieur de la chapelle, l’opacité des verres ne laisse pas présager de la délicatesse de la lumière intérieure et de sa mouvance. Impalpable, diaphane à intense , elle transforme l’espace de la chapelle. En y entrant, on s’interroge sur son origine. Masquées par les profondes embrasures, les sources de lumière transforment l’espace intérieur en une « lanterne magique » modulée par l’écoulement du temps, l’heure, les saisons et l’état du ciel. Quitte à effacer la matérialité des vitraux, la réflexion sans cesse en mouvement des couleurs sur les parois renforce l’intériorité de ce lieu, propice à la méditation et au recueillement.
Difficile d’en imaginer toutes les métamorphoses sans y rester un long moment. La chapelle est d’ailleurs ouverte jour et nuit, à la demande de l’artiste.
Un parti fort, sans concession qui en refusant toute fonction décorative ou symbolique, engage un dialogue avec l’architecture, en révèle l’épure.
Une invitation à prendre le temps d’y éprouver poétiquement ou spirituellement la lumière, dans sa temporalité, son caractère « insaisissable ». Selon l’artiste, une » expérience du détachement », qui réactive le sens de cette chapelle peu connue.

Réflexion des couleurs des monolithes sur les murs opposés, 25 avril 2024 11h39 © Chantal Burgard

Entretien avec Ann Veronica Janssens et Chantal Burgard, jeudi 29 mai 2024

A propos de la commande publique, quelle en a été l’origine, quels mode de sélection et cahier des charges ?

Ann Veronika Janssens – Le maire, Bruno Durieux (*)souhaitait une intervention contemporaine dans cette chapelle qui était dans un triste état. La DRAC a alors soutenu le projet et a consulté deux artistes.
Elle a choisi mon projet dont l’idée s’est imposée spontanément, dans la continuité de mon travail sur le verre et la lumière. Idée que j’ai simplement présentée à l’aide d’une image travaillée par Photoshop.
C’est un projet assez singulier, unique au monde, qui consistait à sceller des monolithes en patte de verre de 10 à 12 cm d’épaisseur, avec un jour ouvert de l’épaisseur d’un doigt, afin qu’il y ait un échange entre l’intérieur et l’extérieur.
Le jury, très enthousiaste a choisi ma proposition à condition que soit réalisée une baie d’essai, car il n’y avait alors pas d’expérience sur ce type de propositions. Toutes les questions techniques sont alors arrivées. J’ai alors rencontré des ingénieurs et des spécialistes du verre pour discuter de la meilleure façon d’intégrer ces monolithes dans les murs. Ce long processus de recherche pour la validation du projet puis de la fabrication de recherche des couleurs a duré deux ans.
J’ai d’abord réalisé un premier monolithe qui a été accepté par le collège de la maîtrise d’ouvrage. Puis on est rentré en production pour les trois autres.

Lors des travaux de restauration, à quel moment êtes-vous intervenue ?

AVJ – La chapelle était très grise, plutôt sinistre, ses vitraux sans intérêt. Les travaux de remise en état ont été réalisés par l’entreprise de maçonnerie Fontaine de Saint-Restitut (Drôme) en 2010/2011. J’ai demandé qu’on enlève tout, qu’on épure le contenu de la chapelle, qu’il n’y ait aucun élément narratif. Les murs ont été nettoyés. Les bancs existants ont été conservés et repeints en gris clair, couleur des dalles calcaire du sol et des parois, et que j’ai choisie pour sa réverbération. J’ai aussi dessiné la croix, l’autel et l’ambon.

Le chœur, 5 juin 9h12 © Chantal Burgard
Le chœur, 5 juin 11h06 © Chantal Burgard

Vous expérimentez depuis longtemps la lumière sous ses différents états qui amènent à l’éprouver, entre immersion et contemplation, poétiquement ou spirituellement. Etait-ce la première commande dans un lieu cultuel ? Comment avez-vous appréhendé cette fonction ?

AVJ – Oui, en effet, ce fut une première commande dans un lieu cultuel. Celle-ci s’est inscrite naturellement dans la continuité de mon travail sur la lumière. C’est par l’abstraction, et le minimalisme de ma proposition, que j’ai pensé élargir l’idée d’un lieu de recueillement et de spiritualité qui convienne à tous. L’architecture elle-même de la chapelle invite au recueillement.
Vue vers l’entrée, 5 juin 11h05 © Chantal Burgard
La nef, 5 juin 11h28 © Chantal Burgard

Le site de Grignan est fort. Quelle fut votre perception du lieu et de l’architecture de la chapelle, son échelle intérieure, le rythme des ouvertures et leur orientation, la matérialité des murs, la lumière naturelle et de ses variations dans les saisons, son mouvement dans l’espace ?

AVJ –Je chéris beaucoup la Drôme où je vais régulièrement. Ce fût une chance merveilleuse de réaliser une intervention dans ces paysages qui ont beaucoup d’importances pour moi. Mais dans la continuité de mon travail, c’est en m’appuyant sur les qualités spatiales de la chapelle, son étroitesse, sa voûte, les rares percements, la profondeur de leurs embrasures, que j’ai imaginé que les couleurs des verres offriraient des surfaces colorées mouvantes selon les saisons et l’heure et qui fusionnerez, les monolithes de verre jouant le rôle de projecteurs, de lentilles.
La relation à l’environnement et au paysage s’exerce par l’étroit vide laissé entre les monolithes et les murs ; fente qui laisse passer la lumière, l’air, l’énergie, le son, découpe le paysage.

Fente du lien intérieur/extérieur, 5 juin 9h25 © Chantal Burgard
Détail intérieur, 5 juin 9h25 © Chantal Burgard

Avec très peu de baies, trois et un oculus, vous captez la lumière et la diffusez. Quel sens avez-vous donné à ces couleurs, à leur réflexion entre elles sur les murs ? Comment s’est fait le choix de la translucidité ?

AVJ – En fait, j’ai souhaité simplement accentuer les propriétés naturelles de la lumière. Le verre situé à l’est dans le chœur, est rose, couleur de l’aube, chargé d’or et de lumière. Au sud, un vert-jaune phosphorescent très intense au moment du passage du soleil. A l’ouest, un ocre couleur du couchant pour l’oculus. Au nord, un bleu, couleur des moments plus sombres et plus calmes.
Quand vous visitez la chapelle tôt le matin, c’est vraiment le rose qui s’impose, qui « chante » ; quand il fait mauvais, c’est le bleu qui domine. Avec le passage du soleil, le jaune-vert colore la chapelle avec une très forte intensité. Au couchant, une lumière orange baigne la chapelle. Et puis, un petit miracle que sûrement personne n’a vu, au moment de l’apparition de la lumière dans l’oculus au couchant, une 5e couleur, turquoise, apparaît, qui n’existe pas et qui est produite par le cerveau. Elle provient du fin panneau de verre coulé dans un ton gris de la petite porte à droite avant le chœur.
Les verres sont translucides, avec une face sablée extérieure. Dehors, ils apparaissent sombres. Ce que je trouve, intéressant, c’est qu’à travers les embrasures, on voit apparaître les autres couleurs.

Verre est du chœur, 5 juin 11h04 © Chantal Burgard
Verre sud dans la nef, 25 avril 14h29 © Chantal Burgard
Verre ouest de la nef, 25 avril 15h16 © Chantal Burgard
Verre nord de la nef, 5 juin 10h57 © Chantal Burgard

Ainsi, vous laissez place à l’architecture, à l’intimité de son échelle et de sa forme, à sa matérialité. En colorant les murs par la lumière, est-ce que vous vous êtes inscrite dans la tradition des fresques colorées de la tradition romane ?

AVJ –Je parle toujours de la question de la picturalité mais toujours sous des formes « insaisissables ». « C’est une manière de faire sans y toucher ». J’embrasse les murs par la couleur, la mets en mouvement. Cette picturalité s’inscrit à l’épreuve du temps (*).

Le choix des verres et leur mise en œuvre est singulière. Comment avez-vous procédé ? A quels savoir-faire avez-vous fait appel ?

AVJ – J’ai rencontré des ingénieurs et spécialistes du verre en Europe pour discuter de la meilleure façon d’intégrer le monolithe dans les murs. J’ai été accompagnée par un ingénieur belge Jan Fordeyn qui avait écrit une thèse sur Robert Smithson, puis par Rob Nijse, ingénieur architecte professeur du verre à l’université de Delft. Il a été décidé de sceller les blocs de verre dans l’appui en pierre de la baie, avec un mélange de sable et chaux, technique simple et traditionnelle.
Les monolithes ont été réalisés en Tchéquie. Après l’acceptation par les commanditaires du monolithe d’essai, il y a eu un an de mise au point du verre et de recherche sur la couleur. Pour le sud, je voulais un vert/jaune phosphorescent, qui se charge de la lumière du soleil et en augmente le rayonnement.
Le rose est réalisé à partir de particules d’or.
Sur le chantier, on était en mars, le ciment était très froid. A midi, cela a provoqué un choc thermique sur le verre ocre de l‘oculus qui s’est brisé en l’espace d’une heure. Après de nouvelles études, nous avons changé la silhouette de l’oculus pour obtenir une forme qui évite tout point de tension.
Echantillons test, 2011, Collection IAC Villeurbanne (Exposition à l’abbaye de Fontevraud en 2020) © Chrystèle Burgard

Avez-vous été surprise du résultat après leur mise en œuvre ?

AVJ – Oui, bien sûr, à l’échelle du corps et de l’espace, c’est une véritable expérience. Chaque fois que j’y retourne, je me laisse saisir par l’atmosphère, qui est celle de l’instant. J’ai demandé que cette chapelle reste ouverte en permanence, jour et nuit. Ce fût un projet magnifique avec des conditions de travail très agréables avec tous les collaborateurs.

Nef de la chapelle, 25 avril 15h16 © Chantal Burgard

Depuis cette commande, êtes vous intervenue sur d’autres lieux cultuels ?

AVJ – Non et je ne le souhaite pas particulièrement car je pense avoir accompli dans cette chapelle l’aboutissement de ma réflexion.

Sur quels projets travaillez-vous actuellement ?

AVJ – Pour le moment, avec une scientifique, je travaille sur les couleurs structurelles. Dans la nature, il y a les pigments et les couleurs structurelles. Les couleurs structurelles correspondent à la manière dont la lumière s’incruste dans les nanostructures pour faire apparaître des couleurs, alors qu’il n’y a qu’une base de mélamine. Je fabrique des films de mélamine très fragiles, sur du verre. Dès qu’on les touche, ça s’efface. Des œuvres un peu absurdes, d’une extrême fragilité qui m’intéresse, qui est pour moi, une métaphore existentielle.

Ann Veronica Janssens

 

Née en 1956 à Folkestone (Royaume-Uni), elle vit à Bruxelles. Lors de son enfance en Afrique, elle observe les espaces habités et « en éprouve la présence à travers les variations atmosphériques et les subtilités d’une lumière volatile dont l’apparition est rythmée par la succession des saisons humides ou sèches, de couchers ou de levers de soleil dont la temporalité dessine l’expérience » (*).

Son matériau de prédilection est celui de la lumière, qu’elle expérimente dans sa mouvance et son immatérialité, avec des interventions minimalistes ou des mises en situation, à travers des espaces ou des matériaux absorbants ou réfléchissants. Elle interroge ainsi la relation du corps à l’espace, dans des sensations d’immersion, à l’épreuve de l’écoulement du temps ou « d’éblouissements, de vertige, d’instabilité visuelle » comme dans ses brouillards expérimentés au centre d’Art Contemporain de Villeurbanne.

Depuis 2009, Ann-Veronica Janssens et Nathalie Ergino (directrice de l’IAC) développent à l’Institut le projet Laboratoire Espace Cerveau des recherches « à partir du champ artistique […] sur les mécanismes de la perception, qu’il s’agisse de spatialisation, de perte de repères, ou d’états modifiés de la conscience ». Récemment, en 2022, avec l’exposition « Entre le crépuscule et le ciel » au musée d’art contemporain de la Collection Lambert à Avignon, son œuvre a été présentée avec une série de sculptures et d’installations « dans lesquelles la lumière s’éprouve sous différents états (capturée, absorbée, transformée, réfléchie » (*).

Sources

– Ann Veronica Janssen Chapelle Saint Vincent Grignan, Ed. Ronny Van de Velde, 2013.
– Stéphane Ibars, Ann Veronica Janssens. Entre le crépuscule et le ciel, Catalogue annuel de l’exposition d’été de la Collection Lambert, Ed. Actes Sud, 2022.
Collection IAC, Villeurbanne
Laboratoire-cerveau, IAC, Villeurbanne
– « L’œuvre d’Ann Veronica Janssens pour la chapelle Saint-Vincent de Grignan », Narthex, 2013.