ViaRhôna, quel(s) itinéraire(s) à Valence ?

Photographie © R. Chambaud

Dans le secteur valentinois, la voie vélo longeant le Rhône arrive au nord sur l’île Girodet à Bourg-lès-Valence par la digue du Rhône pour rejoindre le parc de l’Epervière à Valence et poursuivre vers le sud. Jusqu’à présent, elle passait au centre-ville de Valence mais aujourd’hui son itinéraire est en cours de modifications non sans poser de questions aux cyclistes et aux promeneurs. C’est ainsi qu’Albert Cessieux, auteur du blog « La vie à vélo », présente les différents itinéraires et les aménagements intégrant la ViaRhôna, notamment ceux de l’ancienne île fluviale de Girodet requalifiée en parc public d’une grande qualité.

Auteur :
Albert Cessieux

L’aménagement du parc Girodet et la passerelle à Bourg-lès-Valence

La Ville de Bourg-lès-Valence a réalisé au bord du Rhône sur l’ile Girodet le très beau parc urbain Girodet et une nouvelle passerelle piétonne pour le relier à la ville. Le projet de l’Île-Parc-Girodet est confié à l’agence MOZ (1) de Lyon, équipe de paysagistes, architectes et ingénieurs qui accompagne la maitrise d’ouvrage dans sa transition écologique à travers un Urbanisme bioclimatique ; quant à la passerelle haubanée de 110 mètres de long, elle est réalisée par le cabinet bruxellois Ney & Partners (2) avec le paysagiste Michel Desvigne. Ces deux équipes regroupant des compétences de haut niveau a permis la belle réussite de ce projet.

Passerelle haubanée, Bourg-lès-Valence © Ney & Partners

Le parc public Girodet de 12 hectares comprend un amphithéâtre et un belvédère ouverts sur le Rhône dont les berges sont aménagées sur plus de 1500 mètres, ponctués de lieux d’animation attractifs et très végétalisés. Avec son mât unique central, l’élégante passerelle haubanée franchissant l’autoroute A7 est accessible de plain-pied côté parc et une rampe côté quai Thannaron qui arrive devant les remarquables bâtiments en brique, la Ferme. La passerelle vient d’être mise en service début avril.

Aménagements dans le Parc Girodet, Bourg-lès-Valence © J-P. Bos, R. Chambaud
Passerelle et bâtiment La Ferme, Bourg-lès-Valence © A. Cessieux, R. Chambaud
L
a ViaRhôna longe ensuite l’autoroute, passe derrière l’école Emile Barthelon. Elle traverse le quai Thannaron vers la rue Pompery. Cette traversée reste dangereuse, un renforcement de la signalisation est indispensable pour donner la priorité aux cyclistes. Elle emprunte ensuite la rue Pompery avec un contresens cyclable enfin mis en œuvre puis elle passe dans la basse-ville de Valence rue Ambroise Paré, rue Jean Bouin. Ici l’aménagement n’est pas terminé mais la Ville de Valence a le projet de créer des Halles gourmandes dans l’ancien gymnase avec une vingtaine de commerces de bouche puis la Cité de la gastronomie en face sur l’ancienne piscine.
La ViaRhôna se poursuit rue Barthélemy Roux et rue Victor Jacquet pour rejoindre l’avenue Gambetta. Sa traversée reste laborieuse avec plusieurs voies, les feux, les bus et les vélos venant de Guilherand-Granges. On verra ce que cela donnera quand le nombre de cycliste augmentera… Elle la traverse pour rentrer dans le parc Jouvet où un espace accessible en permanence a été créé en amputant sur le parc. A la sortie du parc Jouvet, elle traverse l’avenue de Provence pour rejoindre le tunnel sous l’A7 et continuer vers l’Epervière par l’estacade existante.
Cet aménagement cyclable reliant le parc Girodet et celui de l’Epervière par la basse-ville est une très bonne chose. Il est praticable dès aujourd’hui même s’il n’est pas terminé et quelques balisages commencent à apparaître.

Mais pourquoi déplacer l’actuelle ViaRhôna en la faisant passer par la basse-ville ?

L
e parcours passe encore à Valence par les boulevards et pour les cyclistes qui ne connaissent pas la ville, c’est une belle découverte que beaucoup apprécient. C’est l’occasion de s’arrêter prendre un verre. On voit régulièrement des vélos bien chargés à côté des terrasses des cafés sur les boulevards. Ils viennent aussi faire leurs provisions et pourquoi pas visiter la ville. Beaucoup sont impatients de découvrir le kiosque Peynet mais son accessibilité et la traversée du Champ de Mars avec le superbe belvédère sur le parc Jouvet et Crussol posaient des problèmes lors des manifestations organisées par la mairie. Il est donc indispensable qu’à partir de la passerelle de Bourg-lès-Valence l’ancien itinéraire de la ViaRhôna par les boulevards soit maintenu.
Bourg-lès-Valence a voulu cette passerelle pour rapprocher le parc Girodet et le Rhône de la ville mais aujourd’hui pour aller se promener aux bords du Rhône, il est nécessaire que la Ville facilite l’accès à pied et à vélo des rues Deriard, de l’Egalité, ainsi qu’à la place de la République pour rejoindre le centre de Bourg-lès-Valence par le passage sous la voie ferrée et la rue Charles Ponsoye.

De la place de la République, on retrouve l’actuel itinéraire qui rejoint les boulevards et le centre-ville de Valence par l’avenue Général de Gaulle, les boulevards du Cire et Vauban, et qui pourrait même être amélioré. Sur le boulevard du Cire, une signalisation de bandes cyclables devrait permettre de réduire la vitesse des voitures toujours trop élevée à cet endroit. Déjà des randonneurs utilisent ce parcours.

Cette traversée de Valence par la ViaRhôna a mis beaucoup de temps à être correctement aménagé. A l’origine, même Bourg-lès-Valence ne prenait pas en compte la ViaRhôna dans ses projets pour les déplacements à vélos sur son territoire et même les cyclistes valentinois se perdaient. Les élus et les services qui décident et mettent en œuvre ces aménagements ne sont pas des pratiquants. Ils font cela parce que c’est à la mode mais la circulation des voitures reste encore leur priorité.

Randonneurs à Bourg-lès-Valence © A. Cessieux

Aujourd’hui, en ville, on constate un développement important des déplacements à vélo, cette pratique nécessite l’amélioration et le développement des itinéraires continus et sécurisés séparés des voies où le trafic automobile est important, aussi bien dans la ville qu’avec les villes et les villages voisins.